Pourquoi le métier de photographe n’a plus lieu d’être.

De plus en plus souvent, lorsque je travaille, je me retrouve cerné de toutes part par des concurrents d’un nouveau genre : des gens qui prennent des photos comme ça, pour le plaisir ! Et puis quoi encore ? Depuis quand la photographie n’est-elle plus réservée aux seuls professionnels capables de maîtriser les techniques de prises de vue ? Mitraillant chaque instant comme si c’était le dernier, les nouveaux photographes bouleversent le rapport de force…

Catastrophe ! Que vont devenir les photographes professionnels face à leurs nouveaux concurrents ? Que va devenir notre métier ? Est-il condamné irrémédiablement ?

Quel avenir pour les photographes professionnels – une étude poussée et complète et inédite

La meilleure défense c’est l’attaque, alors afin de ne pas avoir un train de retard sur « les nouveaux photographes », je les ai étudié en détails, afin de comprendre leurs fonctionnements et méthodes. Je vous livre ici, en exclusivité, le cheminement de mon étude et ses conclusions – peut-être ma dernière contribution au monde de la photographie ?

 Étape 1 – Identification des concurrents : qui sont les nouveaux photographes ?

Repérer et identifier les nouveaux photographes, pas si facile : ils cachent bien leur jeu dans la poche de leur pantalon, et sitôt la photographie prise se fondent à nouveau dans la population, comme si de rien n’était. Comme s’ils ne se rendaient pas compte qu’ils participaient au génocide des photographes pros.

Une technique pour les démasquer

Pour mener à bien ma mission, j’ai du me mettre en danger, m’infiltrer au cœur de leur fief, à l’endroit où les flashs ne laissent aucun répit, même en plein jour : une sortie d’église de jeunes mariés ! [Note : plus simplement, vous pouvez demander à une star de sortir dans la rue, l’effet est à peu près le même sans avoir à se marier]

Cerné de toute part, je ne faisais pas trop le malin avec mon encombrant 24-70mm f:2.8, mais j’ai quand même réussi à prendre ce cliché.

Quel Avenir pour les photographes professionnels

Je ne m’étais pas trompé : ils sont là, et en force ! A cette instant précis, on distingue pas moins de dix-huit appareils photos en action !

Difficile malgré ce beau coup de filet de définir un type précis du nouveau photographe. En analyste aguerri, j’ai tout de même remarqué un détail frappant : sur toute cette assemblée, à ce moment là, seules les quatre personnes qui tapent dans leur mains peuvent légitimement être considérées comme ne faisant pas parti des nouveaux photographes…

J’ai par la suite pu théoriser ces résultats en une méthode qui s’est révélée quasiment infaillible pour les reconnaître :

Est nouveau photographe toute personne qui ne tape pas dans ses mains.

Je dis quasiment infaillible car une fois j’ai pu voir une personne prenant des photos tout en applaudissant… Sûrement l’exception qui confirme la règle.

Étape 2 – Leurs techniques : comment opèrent-ils ?

Enfin capable de les reconnaître sur le terrain, j’ai pu effectuer des filatures ciblées pour définir quelques comportements caractéristiques. Plusieurs mois de recherches et d’analyse ont été nécessaires pour vous livrer ces résultats :

Le nouveau photographe sécurise ses cliché grâce à la redondance collective

Prendre de nombreuses photos d’une même situation, c’est une technique éprouvée pour être sûr « d’en avoir une bonne dans le lot ». Cette excellente méthode, que je maîtrise et pratique abondamment depuis l’arrivée du numérique, semble aujourd’hui partiellement dépassée ! Le nouveau photographe multiplie non seulement les photos mais aussi les appareils photos !

Quel Avenir pour les photographes professionnels

Quatre photographes pour cinq sujets : peut-être que d’autres encore se trouvent hors cadre ? je n’en voyais pas plus depuis ma planque.

Une même situation prise de la même façon plusieurs fois ET avec plusieurs appareils identiques, la redondance est à son maximum ! Comment ne pas en avoir au moins une bonne avec cette méthode ? Pour cette fois, avantages aux nouveaux photographes, mais voyons s’ils sont aussi bons partout.

(On remarque tout de même sur l’exemple ci-dessus que le nouveau photographe n°3 sur 4 tente de varier l’orientation de la photographie : paysage au lieu de portrait. Après réflexion, difficile d’expliquer ce choix dans ce cas ; c’est sûrement dû à l’appareil qui n’est pas un iphone.)


 

Le nouveau photographe maîtrise de nombreux outils… en même temps !

Là où nous autre photographes professionnels peinons à passer d’un Nikon à un Canon ou inversement, le nouveau photographe excelle dans la maîtrise d’appareils divers et variés.

Quel Avenir pour les photographes professionnels

Main droite, main gauche, les modèles n’ont pas le temps de dire ouf !

Quel Avenir pour les photographes professionnels

Le must reste tout de même le double iphone ! On remarque que même avec le summum de la technologie, un assistant nouveau photographe assure une bonne redondance des données : quel professionnalisme !

Comment ne pas passer pour des dinosaures à l’inertie démesurée quand on voit que certains d’entre nous utilisent des appareils qui datent de 2007 ?

Pour concurrencer les nouveaux photographes sur ce terrain, une solution simple existe : au lieu de se limiter bêtement à une seule marque, les photographes professionnels devraient posséder le dernier boitier et une série d’objectifs de chaque marque (Nikon, Canon, Sony, Pentax, Sigma, ainsi que, bien sûr, Leica et Hasseblad – ce dernier ayant un nombre d’objectifs plus limité que les réflexes, il devrait être encore plus aisé de s’habituer à son fonctionnement). Il suffisait d’y penser !


 

Contrairement aux photographes traditionnels, le nouveau photographe est parfois sur ses photos

L’équipement portable, et c’est le cas de le dire, des nouveaux photographes leur permet de réaliser des vues jusqu’alors impossible à réaliser, et pourtant si indispensables.

Quel Avenir pour les photographes professionnels

Plus besoin de connaître personnellement le photographe pour être sur les photos : le nouveau photographe a le bras long

Même sans caméra avant, les nouveaux photographes parviennent à appuyer sur le bouton de l’écran sans trop affecter le cadrage. La touche artistique de ces photos est indiscutable : couper l’œil d’une personne représentée, le dernier qui l’a fait s’appelait Picasso !

Ici donc, pas vraiment de solution pour les concurrencer. Leur côté artistique est trop fort. Sur ce point pourtant crucial, avantage clair aux nouveaux photographes.


Le nouveau photographe exploite au mieux le potentiel de ses appareils

Grand connaisseur des courbes de réponse des objectifs photographiques (il fréquente assidument les forums internet), le nouveau photographe sait que l’endroit où les rayons sont les moins déviés, au centre de l’objectif, est de fait l’endroit où les détails sont les mieux définis. Il maximise alors le piqué de sa photo en plaçant systématiquement le sujet au centre de la photo, habile !

De plus, la mise au point en hyperfocale évite tout problème de back ou front focus, et ainsi rien n’est jamais flou !

Quel Avenir pour les photographes professionnels

Une application simple des règles de l’optique : plus le sujet sera centré, meilleure sera la photo ! Efficace

Les nouveaux photographes sont pragmatiques et nous rappellent les règles simples qui permettent d‘obtenir des crop à 100% propres et bien définis. Comment avons nous pu oublier ces règles indispensables, optant pour des cadrages favorisant des zones non parfaites de l’objectif ? Sur ce point égalité avec les nouveaux photographes : en effet, avec un peu d’entraînement, il nous sera sûrement possible de repasser sur un mode « sujet bien au centre de l’image », en fermant bien le diaphragme pour maximiser le piqué dans les coins.


Je limite volontairement les résultats de mon étude à ces quelques points qui, de mon point de vue, suffisent bien largement à répondre à la question posée : quel avenir pour les photographes professionnels ?

 


 

En conclusion

Je dois bien dire que malgré mon parti pris initial négatif envers ces « nouveaux photographes », qui empêchent le photographe professionnel de pouvoir annoncer aux mariés qu’ils n’auront aucune photo de leur sortie d’église sous les pétales de rose car il avait oublié d’enlever le mode M après les photos macro du bouquet dans le fond de la crypte, il faut se rendre à l’évidence : le métier de photographe est foutu – les nouveaux photographes sont là, maîtrisant les règles de l’esthétique, techniquement au point, toujours prêts à saisir l’instant décisif, et ce tout au long de la journée.

La photographie fût pour moi une belle expérience, mais il faut vivre avec son temps : je trouverai bien un antiquaire qui pourra m’offrir quelques euros pour mon vieux Nikon D700 – et avec je m’achèterai quelque-chose qui vaut vraiment le coup : un iphone !

iphone

Ça tombe bien le dernier vient de sortir et devinez quoi ? Il n’a jamais été aussi incroyable ! Et en plus de prendre de plus belles photos, je vais pouvoir devenir caméraman avec ce petit bijou !


Si vous pensez que des erreurs eussent pu se glisser dans mon analyse, je m’en excuse, et vous prie de bien vouloir m’en informer grâce aux commentaires ci-dessous.

De même, toutes informations complémentaires en votre possession au sujet de ces « nouveaux photographes » sont bonnes à prendre : aidons-nous mutuellement à y voir plus clair dans cette affaire !

 

6 réponses
  1. DARTE dit :

    m’a beaucoup fait rire!!!!

    Un photographe pro est un photographe pro, malgres de nombreux photographe avec leur iPhone rien ne change la donne pour un professionnel si? un photographe pro est censé maitriser la lumière, la vitesse, l’ouverture, d’une rapidité et d’une efficacité redoutable et de faire de belles images à chaque situation…….., mais comment vous pouvez mettre ces photographes amateurs en concurrence avec les pros parquais ont un iPhone ? la photographie c,est un métier, ça ne s’improvise pas, il faut des années de travail du talent mais comment ces iPhones arrivent-ils? … « des photographes pros ferons de meilleurs photo, non? » enfin tout dépend du photographe pro car certains devraient arrêter la photographie ca sent que c’est pas fait pour eux……ça se voit sur les images.

    C’est vrai qu’avec un iPhone on peut faire de belle, j’ai dit bien  » peut », car la c’est pareil, quand on maitrise, avec n’importe quoi on fait de belle photo…pas vrai?

    Le métier de photographe est foutu, c’est pas faux!!!! mais pour les mauvais photographes pro, et tant mieux. n’est ce pas en parti à cause d’eux, un petit peut?

    Quand tu fais de belle images, tu n’as pas avoir peur de ces rigolos avec leur iPhone qui sans arret centre les sujets, mais sur leur des effets vintage ou autre qui n’a rien d’artistique je trouve…. car ils n’ont aucune idée de la technique photographique contrairement à un vrai pro, lui il sait ce qu’il fait, NORMALEMENT!!!!

    Répondre
    • Manu dit :

      Entièrement d’accord avec vous DARTE.
      Mais néanmoins, les faits sont là. La dernière chose que les mariés réservent aujourd’hui c’est………le photographe, car finalement, pas si utile que ça.
      Mon seul point en désaccord avec vous, c’est qu’il faut arrêter de dire que les photographes PRO, ne font QUE de belles photos. je suis dans le métier depuis 23 ans maintenant, et je peux vous dire que pour une photo dite « exceptionnelle », vous avez 5 ou 6 prises de vues différentes.
      C’est le résultat aujourd’hui du numérique où l’on peut voir en direct ce que donne la photo. Alors on recommence jusqu’à ce soit bon. La pellicule était une bonne chose pour ça.
      Et puis combien je vois tous les jours des photographes amateurs qui travaillent dans le BTP ou la plomberie (attention ce sont juste des exemples je n’ai rien contre eux….loll), sublimer leurs prise de vue avec Lightroom.
      En photographie, et avec le progrès de l’informatique, on peut faire un jambon avec un os…….

      Répondre
  2. Loïc Lemahieu dit :

    Bonjours,

    Je ne vous comprend pas… actuellement nous rentrons dans une société de sur consolation et ou l’ensemble de la France commence à mieux aller. Depuis 5 ans les gens consome de plus en plus des service quoi qui soit ( nounou , agent événementiel ) et la on pas que du professionnel pour particulier, je parle pas du b to b , et pour les entreprises avec le digital il y a plus de demande d’image , oui bien sur les site de banque d’image mange beaucoup ce marcher la. Ce que je comprend pas c’est que vous vous focalisé sur le mariage, mais la photographie c’est pas que ca non ?

    Bref j’ai l’impression que le sujet est traité pour faire de la contre com du métier de photographe

    Répondre
  3. AGOUME KOUFANA INGRID STEPHANE dit :

    Super super article , je suis du meme avis , on traverse une ère ou il y’a plus de commodité. le métier du photographe est foutu , pour ce qui est du professionnalisme , il y’a des cours sur youtube , et il faut noter qu’on a jamais eu un appareil photo aussi petit et léger que ce que l’on voit aujourd’hui dans les smartphone. regarder les telephone sony et leur resolution ..

    Répondre
  4. Jacques dit :

    Bonjour
    Il est vrai que la photographes n’ ont pas digéré l’ arrivée du numérique et de Photoshop.
    Il ont voulu continuer a pratiquer des tarifs trop élevés dans un contexte mutant.

    Il y a donc un problème de fond.

    Une photo avec son portable ne coute que quelques centimes.
    Vu le nombre de déclic il y en a toujours quelques prises correctes en qualité , (surtout que très peu subisse l’ agrandissement) , avec une grande valeur sentimentale.
    Et si facile de recadrer 1/3 a droite sur Photoshop……….ce qui ne choque d’ ailleurs pas le candide.
    car on me dit souvent : c’ est bien mais pas centré …..lol quoi que.

    Une photo « pro » coute mille fois plus chère mais n’ est pas mille fois mieux.

    Et toutes finissent dans un commode style régence ou sur un disque dur pour ne plus en ressortir.

    Quand je pose la question : que pensez- vous de vos photos de mariés ?
    Dans 80 % des cas : Bof … on s’ attendait à mieux, le photographe avait 3 mariages ce jour la ; un courant d’ air.

    Le métier a bien failli disparaitre il y a 2 ans avec l’ arrêt des photos d’ école.
    C’ est encore ce qui tient un peu le bizness : triste réalité.

    Le mariage reste demandé mais budget maxi de 500 € maxi.et il y a une offre.

    Donc photographe : oui mais un job d’ appoint et malheureusement souvent au black.
    Dure pour un métier si dépendant de la lumière.

    Moralité : s’ adapter ou changer de métier.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à DARTE Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *